Célébrer la fête de la lumière du Nord-Est, du 6 au 8 Mai

Les huit fêtes de la roue

Suite au dernier article sur la fête de l'Est, nous continuons ce mois notre voyage parmi la roue des huit fêtes (voir article précédent), pour célébrer énergétiquement ces dates. Rappelons que toute l’originalité du Gaia Balancing & Reconnecting consiste à identifier dans l'environnement des "points opératifs" (agissant énergétiquement), soit pour effectuer un équilibrage du lieu, soit pour rechercher une guérison ou une transformation personnelle. Ainsi, telle une magie tellurique, une alchimie ou un chamanisme, la GBR permet d'opérer des "passages" importants, des transformations dans notre vie. Il « suffit » de se présenter au bon moment, de se mettre au bon endroit, regarder dans la bonne direction et émettre une certaine intention, pensée ou être dans un certain état d’esprit. Alors suivons le guide pour la fête qui s’approche...

 

La fête du nord-Est – 6-8 Mai

" Chaque année au mois de Mai, nous confectionnons des couronnes de fleurs, des bandes de tissus multicolores, nous décorons l'arbre de Mai et nous dansons autour de lui. On dit que Pan apparait alors pour ouvrir la danse, nous mettre en résonance avec le son de la Terre, et réunir les quatre règnes (minéral, végétal, animal, humain). Le Ciel et la Terre fusionnent, la sève pulsante de l'arbre de Mai nous envahit de son flux guérisseur qui se répand dans tout notre corps. "

 

Cette fête remonte à des temps bien anciens. Dans l'Égypte antique, on érigeait déjà le pilier Djed qui représentait symboliquement la résurrection ou régénération du dieu. Des rubans de momification permettaient de reconstituer le corps d'Osiris déchiqueté par Seth. En Grèce antique les Ménades (Bachantes chez les Romains) effectuaient une danse de Mai à base de rubans dans le but de reconstituer le corps de Dionysos qui avait été découpé en neuf morceaux par les Titans. Bien qu'interdite par le concile de Milan en 1579, cette fête survécut dans de nombreuses régions d'Europe sous une forme ou une autre. Répandue dans toute l'Europe, elle connaît différentes variantes et déclinaisons de son nom : arbre de joie ou arbre de mai, le mai, arbre individuel, arbre d’amour. Elle se nomme Lá Buidhe BealTaine (Beltaine ou Beltane) dans la tradition celte, ce qui signifie "jour lumineux de Mai vert" en gaélique. C'est un rite de fécondité lié au retour de la frondaison, et qui consiste à planter un arbre symbolisant les forces de la Nature, ou un mat qui le représente, dans le courant du mois de mai. Beltane est donc une fête de la lumière et de la résurrection. A l'opposé dans l'année de Samain (qui sonne plutôt l'entrée dans la période sombre). On la nomme également la fête des feux resplendissants, car deux feux magiques étaient dressés par les druides, au milieu desquels on faisait passer le bétail, mais aussi les humains, pour les protéger des dangers et des épidémies durant l'année en cours.

 

De façon générale, le 6 Mai, jour de Beltane (et les jours suivants jusqu'au 8 Mai), nous allons vivre une purification par la lumière. Pour la célébrer, nous pouvons :

- S'habiller de blanc ce jour

- Prendre une douche solaire si l'astre est au rendez-vous

- Réaffirmer nos priorités, nos voeux les plus chers pour cette année

- Célébrer nos "ombres intérieures" en les offrant à la lumière

- S'accueillir inconditionnellement sans se juger pendant toute la journée

 

- Etc.

  • Symbolisme de la fête de Mai : Fête de la lumière et de la résurrection.
  • Rituels traditionnels : On confectionne des couronnes de fleurs, des bandes de tissus multicolores, on décore l'arbre de Mai et on danse autour de lui.
  • Mots clefs : Résurrection, Illumination, Purification, Réunification, Régénération, Révélation.
  • Divinité associée : Pan, divinité de la Nature, protecteur des bergers et des troupeaux.
  • Fête chrétienne greffée : L'apparition de Saint Michel (8 Mai) sur le mont Gargan annonçant la victoire.
  • Mouvement énergétique : Extériorisation, les ombres intérieures révélées et purifiées par la lumière.

La pratique de la fête de l’Est

Quand et comment célébrer cette fête ? La fête de Mai a lieu traditionnellement le 6 Mai. Vous pouvez aussi faire ce rituel le 8 Mai. Je vous propose pour cela une « Méditation Gaia Balancing & Reconnecting » que vous pouvez adapter à votre guise. Faites cela de préférence dans la nature et lors de la matinée.

 

NB : Ce rituel se propose de laisser vos ombres être sublimées par la lumière. Qu'est ce qu'une ombre ? Il s'agit d'une part de vous-même que vous avez cachée par peur d'être rejeté par les personnes qui vous ont entouré. Il peut s'agir d'un comportement, de pensées, d'attitudes, d'émotions, de ressentis... C'est généralement un bout de nous-même avec lequel nous faisons la guerre.

 

La première étape consiste à vous rendre auprès d'un arbre Maître, un arbre trônant et plus important que les autres. Il devra avoir de l'espace autour de lui, de telle sorte que le soleil atteigne ses branches. Après l'avoir approché avec respect et en l'ayant salué, vous accrocherez à ses branches des rubans de couleurs sur lesquels vous aurez inscrits les parts d'ombre de vous-même que vous souhaitez transmuter, tous ces bouts qui vous séparent de votre intégrité. En faisant cela, dites que vous offrez ces parts d'ombre afin qu'elles soient sublimées, et que vous puissiez retrouvez votre unité.

 

Puis vous trouverez ensuite un point devant l'arbre (les élèves et praticiens de GBR sauront comment le détecter), faisant face au soleil. Après quelques instants, pendant lesquels vous recentrerez votre attention sur votre corps, et le laisserez se poser debout dans une neutralité équilibrée, vous allez accueillir profondément chacune de vos ombres. Vous visualiserez une image symbolisant une de vos ombres remonter dans une inspiration, depuis la terre sous vos pieds jusque dans votre coeur. Puis en la recueillant avec vos mains, vous l'offrirez dans une expiration au soleil, au monde, à la lumière. Vous ferez cela avec chacune des autres ombres...

 

J'offre maintenant mes ombres au monde, et les laisse être sublimées par la lumière.

Je m'accueille en cet instant tel que je suis, et je laisse la personne que je suis être vue à la lumière du monde.

 


En bonus... Le rayon solaire de saint-antoine l'abbaye

Afin de préserver les fêtes ancestrales de l'annihilation chrétienne, les bâtisseurs avaient une façon très spécifique de les encoder dans la matière, un secret gardé jusqu'au 21e siècle : les rayons solaires. Héritée des techniques des mégalitheurs (voir article "Des histoires de pierres et d'étoiles / épisode 1"), la lumière solaire était considérée dans l'Art de Bâtir comme un matériau, le matériau le plus immatériel, la fréquence la plus élevée. A Saint-Antoine l'Abbaye, les bâtisseurs ont laissé la trace indélébile de cette fête de la lumière de Mai. Chaque 8 Mai, à 18h30 précise, un rayon lumineux entre par la façade principale de l'abbatiale, et vient frapper une dalle martelée en triangle dans le choeur. Sur son passage, le rayon de lumière projette sur cette dalle l'ombre d'une colombe sculptée, qui fût suspendue au 17ème siècle au dessus des restes de Saint-Antoine.

 

Cette date très précise du 8 Mai fût choisie avec soin par les antonins lors de l'édification de l'abbatiale. Et si le 8 Mai est aussi la fête de l'apparition de Saint Michel au mont Gargan en Italie, c'est aussi pour sa proximité avec la fête des lumières de Mai qu'il fût choisi. Rappelons que les antonins étaient des médecins alchimistes, tout l'édifice le démontre avec force de symboles. Et pour les alchimistes, il y a 7 étapes avant d'arriver à l'unité, soit 7+1=8. Très étonnamment nous trouvons dans la nef 7 dalles successives aux dimensions spécifiques, faisant office de cheminement et menant vers une huitième plus grande. C'est le parcours de préparation que nous devrons faire ce 8 Mai avant d'aller au rayon lumineux. Si la colombe fût plus tardive, elle n'en reste pas moins un symbole alchimique, celui de la sublimation des ombres de l'âme et du renouveau de la vie. En Alchimie, elle identifie l’Œuvre au blanc : il y a purification, lavage des scories. Et c'est bien un travail de sublimation des scories que nous élaborons en cette fête de la lumière. La colombe désigne aussi un être élevé dans la conscience christique, c'est à dire ayant sublimé en lui toutes les parts d'ombre. C'est en ombre que la colombe est projetée dans le rayon lumineux. Le triangle, accueillant la révélation de l'ombre par la lumière, est le symbole des trois principes du grand oeuvre : soufre, mercure et sel.

 

Pour y avoir assisté, je peux vous témoigner d'une paix qui descend dans les lieux lors de la révélation. L'abbatiale qui a des énergies assez torturées par son histoire, s'apaise tout d'un coup. Ce n'est pas un hasard, il y a réellement une alchimie opérative qui a été voulue par les bâtisseurs antonins. Le point activé par le rayon lumineux fait partie d'un important réseau de fréquence "Or" (réseau Peyré pour les géobiologues), et participe à une élévation du coeur et de la conscience collective. Alors si vous souhaitez faire l'expérience de ce moment unique, rendez-vous donc le 8 Mai à Saint-Antoine l'Abbaye, dans le choeur de l'Abbatiale à 18h30, et après avoir parcouru les 7+1 dalles de la nef. Ne vous positionnez pas directement sur la dalle triangulaire, car vous bloqueriez le travail qui s'opère sur ce point et qui rayonne dans tout le choeur. Restez dans un rayon de 1 à 2 mètres de la dalle en vous tenant sur un arc de cercle Sud-Est-Nord. Et si le soleil est présent, alors la magie s'opérera.

 

Article proposé par François Merinis

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0